tumblr_nfqrtbpdqn1tg8ipso1_1280
croquissartoriaux.tumblr.com
Trêve de plaisanteries. Dans le monde du vestiaire masculin classique, on peut classer les vestes selon deux grandes catégories : veste droite et veste croisée. Celle-là est connue et visible partout autour de vous, en deux boutons (souvent) ou plus ; c’est de celle-ci dont on va parler aujourd’hui. Elle est appelée doublebreasted suit ou doublebreasted jacket/coat en anglais (si vous êtes eBayeur convaincu cela peut être pratique à savoir). Populaire et standard du formel des années 30 à 50 puis redevenue populaire dans les années 80 et 90, elle se fait aujourd’hui plus rare. Difficile d’en croiser (hihi) une dans les rues de nos jours, malgré son retour dans les milieux sartorialistes (il suffit de voir quelques photos du Pitti Uomo, le salon menswear de Florence qui se tient deux fois par an).
Difficile aussi de découvrir son origine ; il y a bien le caban, le frac et certaines redingotes qui sont plus anciens et à double boutonnage mais comment nous est-elle arrivée ? Mystère. Peut-être des uniformes militaires, de l’aviation et de la marine, qu’on peut encore voir de nos jours :
1
Dans l’aviation civile
us_navy_service_dress_blues_by_tenue_de_canada-d9lsxuj
Dans l’US Navy, infographie de tenue de canada

tsar_nicholas_iii___navy_uniforms_by_cid_vicious-d9azs5u

et qui a donné le (vrai) blazer traditionnel, c’est-à-dire à boutons métalliques :
2
Oui je sais, aujourd’hui on confond blazer et veste sport (et parfois veste de costume dépareillée de son pantalon…).
Quoiqu’il en soit le croisé, que ce soit en veste de costume ou en veste sport, se distingue par son double boutonnage symétrique à deux rangées de boutons dont une factice, par sa fermeture en croisement (un pan de la veste se glisse sous l’autre, les deux pans se croisent) et par un bouton intérieur, dit bouton d’ancrage ou bouton de rappel, pour attacher le pan qui se glisse derrière. De par sa structure le croisé donne de très beaux et larges revers (évitez les revers fins trop fashion qui laissent trop de vide sur le haut de la poitrine et sous les épaules). Il en existe différentes formes selon le nombre de boutons, et bien sûr différents niveaux de formalité.
Le plus classique est le 6×2. La nomenclature se lit ainsi : 6 boutons visible, dont deux fonctionnels. En anglais, 6 on 2. Photo de votre serviteur :
3
La variante qui nous vient probablement des années 1980, le 6×1, donne un V très visible et un boutonnage plutôt bas. Il ne convient pas à toutes les silhouettes, le boutonnage bas … fait ressortir la bidoche à bière… En grande-mesure vous pouvez toutefois faire varier la hauteur du boutonnage comme Cifonelli sait le faire, voir ci-dessous le fameux blazer Cifonelli :
4
Certains 6×2 sont coupés de manière à pouvoir être boutonné comme un 6×1. On parle de veste croisée transformable. En anglais on dit parfois 6 x 2 roll 1. Sur la première photo de Caraceni ci-dessous vous pouvez voir la première boutonnière.
Le grand, le fameux Domenico Caraceni, père de l’art tailleur italien moderne :

EPSON scanner image

6
HEY !
Et sur la deuxième votre serviteur avec un salut à la Lino ! Alors ce n’est pas un vrai 6×2 roll 1, mais un 6×2 boutonné à la manière d’un 6×1. Selon la personnalité du porteur, selon le tissu (si le roulé de la veste suit), selon les envies, selon la morphologie (le roulé du 6×2 initial cache un peu la courbure du ventre…), on peut boutonner un 6×2 en 6×1. C’est comme on le veut !
Le 4×2, la variante du 6×2 sans les boutons décoratifs du haut. Il est en général plus casual que les précédents. Les 4 boutons sont parfaitement en carré.
7
Je ne me souviens plus de la source de la photo 😦 . Si vous connaissez la marque et/ou le photographe, contactez-moi pour que je puisse modifier la légende.
Ici un 4×1 de WW Chan & Sons Tailor Ltd.
1a4ea1e780388d132987be3917c13857
Les croisés du soir (dinner suit/jacket ou smoking en bon français) peuvent aussi être croisés.
41
Un 4×1. Source : unknown.
Il existe aussi des versions plus rares : 8×4 en deux colonnes, 8×3 (comme le blazer du Prince Charles), 6×3 la variante du précédents sans les boutons désaxés du haut pour les blazers ou uniformes militaires (donc à boutons dorés).
9
Les fashionista ou les smoking dans le cas du 2×1 : oui le 2×1 est très spécial, et est traditionnellement réservé au smoking. Certains designers, certaines marques fashion bas de gamme que je ne citerai pas, et certains tailleurs voulant innover pour le Pitti en font en veste sport ou costume.
tumblr_mrskduLvRo1qa7p1yo1_1280.jpg

Vous remarquerez toutes les versions sont à peak lapels (ou revers en pointe).

Toutes ? En fait non.
Premièrement les vestes de smoking, de cocktail, de fumoir, ou d’intérieur peuvent être croisés à col châle (shawl collar). Et c’est … magnifique :
shawl
Source : Unkown.
Deuxièmement il semblerait que Calvin Klein (et d’autres créateurs européens : Armani, Perry Ellis, …) soit « l’inventeur » du cran sport sur un croisé au milieu et jusqu’à la fin des années 80. Richard Gere en a probablement porté quelques uns dans le film American Gigolo. Alors c’est rare et c’est issu apparemment d’un sacrilège initial, mais de nos jours et en-dehors du contexte historique initial ça peut très bien passer et être très élégant, comme dans ce cas :
10
Source : The Sartorialist.
Ou dans celui-ci :
11
Source : Parisian Gentleman.
Question code le croisé s’ouvre en intérieur (le Prince Charles le fait bien), peut se porter avec un gilet (qui lui sera souvent droit), ne s’ouvre pas forcément assis comme la veste droite. Vous pouvez aussi l’ouvrir assis mais garder le bouton de rappel fermé et donner plus d’aisance à votre position.
Le croisé est élégant et donne à son porteur un charisme fou et de l’originalité parmi tout les clones de la Défense. L’avantage de ses longs revers et de son échancrure donne de la stature et met en valeur le torse d’une autre manière que la veste droite. Selon la hauteur du boutonnage, les revers seront plus ou moins verticaux et de cette manière donne de la diversité : le croisé sied donc à toutes les morphologies. Faites baisser le boutonnage et les revers seront plus longs ; remontez-le et l’échancrure sera moins ouverte. C’est un incontournable pour un sartorialiste. Osez le croisé ! Je… heu… croise les doigts… (hihi)
Votre serviteur, le « Baron » d’Andrésy, Arsène Lupin.

2 commentaires sur « {French} Le croisé »

  1. Hi,

    we love your intagram account, and your post on the DB.
    As you may know, at Edward Sexton, we’re fond of DB jackets. We’ll be really happy to collaborate with you on that subject.
    Yours,

    Mitch

    Aimé par 1 personne

    1. Hi,

      I’m glad you are fluent enough in French to appreciate my first post ever. Thank you very much for your comment, a collaboration with you would be exciting. PM me from here or FB or IG.
      Regards

      Arsène

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s